4 C
Londres
samedi, novembre 27, 2021

Un Mahorais au parcours d’excellence

- Advertisement -spot_imgspot_img
- Advertisement -spot_imgspot_img

Fairouse Daniel a 42 ans, et pourtant, il a encore obtenu deux diplômes prestigieux. Il a déjà réussi sa carrière professionnelle, mais il veut encore aller plus loin, et c’est pour cela que le Mahorais a été diplômé vendredi 22 octobre à Paris.

Louis Metivier (stagiaire)

Publié le 25 octobre 2021 à 15h18,

mis à jour le 25 octobre 2021 à 15h22

“Un parcours d’excellence, c’est une rigueur, (…) c’était naturel de faire des études, faire des efforts”, affirme Fairouse, cadre à Copharnay à Mayotte. À quelques minutes de recevoir ses diplômes, le natif de Chiconi revient sur son parcours, aussi bien académique que professionnel. Un itinéraire riche et inspirant où travail, rigueur et persévérance ont été de mise pour réussir. Un goût de l’effort qui lui vient de son enfance et que ses deux sœurs et deux frères partagent en commun avec lui.

Mon père avait comme souhait : “Vous pouvez faire ce que vous voulez, mais les études d’abord !” Il voulait qu’on ait tous le BAC. Résultat, il y a eu trois BAC S, un BAC L et moi, j’ai eu un BAC ES.

Fairouse Daniel

Une première réussite pour Fairouse qui a continué ses études supérieures, un parcours “naturel” pour lui. “Le choix des études a évolué pendant ma scolarité. Au collège, je voulais être pilote de ligne, puis médecin. Au lycée, je voulais être trader/financier. Puis, j’ai découvert le système des grandes écoles de commerce avec les classes préparatoires. Là, j’ai trouvé  ma voie, je me suis dit que je me voyais plus être un conseiller, un financier dans le monde des affaires”. Une voie que le jeune mahorais a suivie malgré un léger changement.

Le choix de l’expertise comptable

Venu à Paris pour effectuer ses années de lycée, Fairouse Daniel s’est vite adapté dans la capitale, notamment grâce à son frère qui vivait déjà sur place. Malheureusement,  il s’est vite aperçu du coût financier important que représentait la préparation pour les grandes écoles. “On ne rentre pas comme ça à HEC”, insiste-t-il. “J’ai donc privilégié la voie de l’expertise comptable, notamment en étudiant à l’École commerciale de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris. Je me suis dit que, plus tard, je pourrais toujours avoir des voies passerelles si besoin”, explique le Mahorais. Un choix de carrière qui lui a réussi, puisque Fairouse a eu une belle carrière qui n’attend que d’être poursuivie.

“J’ai commencé à La Défense, à la tour GAN, puis j’ai travaillé dans un cabinet d’expertise comptable à Paris. J’ai aussi travaillé en banque, à la Société Général, et dans d’autres sociétés. J’ai voulu avoir cette diversité d’expertise”. Fort de cette riche expérience, il est revenu sur son île natale, ou il est encore actuellement responsable administratif et financier à Copharnay, une entreprise de grossiste pharmaceutique, bien installé dans les Outre-mer puisqu’aussi présente à La Réunion, en Guadeloupe et en Polynésie française.

Fairouse Daniel à Paris, le 22 octobre 2021.

©Louis Metivier

Retour à Mayotte

“Je suis content d’être revenu à Mayotte et de participer, de ce fait, au développement de mon territoire, à ma façon (…) Servir son pays, c’est toujours une fierté. Réussir aussi chez soi, c’est une motivation supplémentaire”, se réjouit-il, avant d’ajouter : “J’ai la chance d’être dans un groupe qui permet aux jeunes talents, dont je suis l’exemple, d’accéder aux postes à responsabilité”. Et pourtant,  ce retour aux sources n’a pas suffi à Fairouse, qui regarde toujours plus haut.

Quand on dit “parcours d’excellence”, ce n’est pas quelque chose qu’on fait comme ça, c’est une rigueur d’esprit, une rigueur d’analyse, une exigence avec soi-même. À chaque chose qu’on fait, on a envie de donner le meilleur et d’aller le plus loin possible, d’où l’idée de faire un MBA (Master of Business Administration) avec l’Institut Français de Gestion et l’IAE de la Sorbonne.

Fairouse Daniel

Nouveaux diplômes pour de nouveaux enjeux

Ces nouvelles études, Fairouse les a réussies, notamment grâce au soutien inconditionnel de sa femme Ramthaty. C’est dans le chic quartier du 8e arrondissement, près du parc Monceau, qu’il a reçu ses diplômes. Ils étaient nombreux à attendre ce moment et à être présents, après une édition 2020 annulée à cause de la pandémie de Covid-19. Chaque participant s’est vu remettre son diplôme avec une toge et une coiffe bleue, à l’américaine. De quoi faire de Fairouse un homme heureux qui apprécie ce moment sans vraiment réaliser ce qui lui arrive sur le coup. “Je suis fier de moi, et c’est assez émouvant.”

Le Mahorais vêtu de sa toge et sa coiffe, lors de sa remise de diplômes.

©Louis Metivier

Avec un MBA de l’IFG et un master en Management et administration des entreprises délivré par l’IAE Paris-Sorbonne, le cadre mahorais se voit aller plus loin : “(Ces diplômes), c’était dans une démarche de passer un palier. J’avais envie d’avoir une vision globale de l’entreprise et d’accéder à des postes de direction générale. Avec ces diplômes, j’ai ce bagage intellectuel et pratique qui me permet de prétendre à ces postes”. Une chose est sûre, le parcours professionnel, et peut-être même étudiant, de Fairouse Daniel est loin d’être fini.

 

- Advertisement -spot_imgspot_img
Latest news
- Advertisement -spot_img
Related news
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici