7.9 C
Londres
vendredi, janvier 28, 2022

Maurice : une street dance battle fait exploser le protocole sanitaire

Les réseaux sociaux ont largement relayé la Street Dance Battle qui s’est déroulée, ce jeudi 13 janvier 2022, sur un terrain de basket de Batterie-Cassée à Port-Louis. Pendant, près d’une heure les fêtards se sont défiés, sans masque, ni distanciation au son d’une sono surpuissante.

La sirène d’une voiture de police met fin aux réjouissances. Il ne fait pas encore nuit, les riverains de Sainte-Croix quittent en courant le terrain de Basket de la rue Batterie-Cassée. Pendant, près d’une heure des dizaines de jeunes du secteur et des alentours ont enfreint les règles sanitaires pour s’évader au son surpuissant d’une sono installée à l’arrière d’une voiture. Ils ont applaudi, criés et encouragés leurs champions qui se défiaient dans une Street Dance Battle improvisée, nous apprend Défimédia.

À Maurice, comme dans de nombreux pays, les citoyens craquent. Bientôt deux ans, de restriction, d’isolement, de vie sous la menace d’amendes, en cas de non-respect de l’une des nombreuses précautions sanitaires imposées par la Covid. Aucune excuse ! Les auteurs de cette bravade risquent gros, cependant, cette fête sauvage est l’expression de l’exaspération des jeunes de ces quartiers défavorisés. Il suffit de regarder, l’image satellite de la rue Batterie-Cassée pour constater que les cases resserrées ne disposent pas toutes d’un jardin et les piscines se comptent sur les doigts d’une main. Combien d’habitants par logement ?

4 000 réactions et plus de cent partages

 

“L’événement” s’est monté en quelques clicks via Internet. Les jeunes présents, accrocs aux réseaux sociaux, ont filmé le défi en direct, sans filtre, ni floutage. Les forces de l’ordre n’auront donc une difficulté à “démasquer” les participants qui, au mieux, portaient la protection sous le nez et souvent ne la portaient pas. Pour mémoire, à L’île Maurice le non-port du masque est passible d’une amende de Rs 500 000 (10 000 euros) et de 5 ans d’emprisonnement. 

Lors de cette retransmission, les participants crient les surnoms des danseurs, d’autres parient sur la victoire de l’un ou de l’autre. Bref, les forces de l’ordre ont le choix des délits pour poursuivre la grosse centaine de participants. Est-ce la priorité et qu’elles seront les conséquences ?

Quel sera le choix politique final ? Affaire à suivre…

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici