16 C
Paris
dimanche, septembre 25, 2022

Ville de Bezons -La salle Frassin se refait une beauté

D’après les derniers recensements, près de 150 personnes seraient actuellement sans domicile dans le département du Val-d’Oise. La ville de Bezons, très attachée aux valeurs d’entraide et de solidarité, a toujours apporté son soutien au dispositif grand froid, imaginé pour permettre aux sans-abris de bénéficier d’un toit pour y passer la nuit. « C’est un effort et un engagement municipal fort. Avec 26 personnes accueillies, nous montrons l’exemple. Si nos voisins ou d’autres communes en faisaient autant, il n’y aurait plus personne dehors, insiste Jean-Claude Diallo, directeur du centre d’action social (CCAS). On peut toujours trouver des solutions. Des friches à réadapter, il y en a partout. Ce n’est qu’une question de volonté. »

« Si toutes les villes en faisait autant, personne ne dormirait dehors »

Et cette volonté, Bezons la conserve. Après avoir investi, pour deux hivers, la salle Mandela, alors inoccupée (mais bientôt démolie), le dispositif grand froid va prendre la direction de la salle André-Frassin. Près de 30 000 euros de travaux ont été nécessaires pour adapter le bâtiment et le mettre aux normes. Une somme qui sera entièrement compensée par une subvention d’État. Il y avait fort à faire puisque les lieux avaient été vandalisés et sérieusement dégradés par deux départs de feux.

20 hommes et 6 femmes pourront être accueillis

L’espace a surtout dû être réinventé puisque l’accueil, ouvert de 20h à 8h, 7 jours sur 7, est mixte. « Il sera prévu pour 20 hommes et 6 femmes. L’ancienne salle de judo a été coupée en deux avec une moitié destinée au dortoir des hommes, et une salle de repos pour ceux qui restent éveillés. Les femmes occuperont un quart de l’ancienne salle de culture physique. Afin de bien délimiter ces espaces, des cloisons ont été posées, commente Jean-Pierre Larrieu, responsable des bâtiments et du patrimoine au service cadre de vie de la ville. Un évier pour la cuisine, des prises de courants à cet endroit et à proximité des lits ont aussi fait leur apparition. Les murs et les plinthes ont été repeints en blanc. Certaines dalles du plafond et les extincteurs ont été changés. Enfin, il a fallu cloisonner les douches et ajouter des portes, aux entrées de celles-ci, dans les deux anciens vestiaires pour garantir un peu d’intimité. »

Une subvention d’État pour compenser les 30 000 euros de travaux

Suite à un appel au 115, les sans-abris sont orientés vers l’association Aurore, qui possède également un accueil de jour à Bezons, rue Emile-Zola. « Les personnes suivies par Aurore s’intègrent dans une réflexion globale pour travailler sur leur avenir et leur obtention de droits. Le dispositif grand froid permet d’avancer plus sereinement sur cette reconstruction. Le fait d’avoir un toit apporte une part de soulagement. Le public est donc relativement fixe. C’est un accompagnement fondamental qui libère aussi des places pour envoyer les familles en difficulté dans les hôtels (privés à très bas coûts) », ajoute Jean-Claude Diallo. Le mobilier et les lits proviennent des stocks du foyer Péronnet, l’association Aurore y ajoute un frigo et un micro-ondes. La nouvelle vie de la salle Frassin, pour les deux prochaines années, est sur le point de débuter.