10.8 C
Paris
vendredi, septembre 30, 2022

À Bagdad, Emmanuel Macron renouvelle son soutien au gouvernement irakien

Jean-Rémi Baudot avec AFP
09h53, le 29 août 2021, modifié à
09h56, le 29 août 2021

Le président français Emmanuel Macron, en visite en Irak ce week-end, a renouvelé samedi soir son soutien au gouvernement de Bagdad. Alors que le retrait annoncé des troupes américaines d’Afghanistan a laissé le pays aux mains des talibans, il a assuré que, quelle que soit la décision de Washington, les Irakiens pourraient compter sur Paris.

Emmanuel Macron poursuit son voyage en Irak dimanche par la visite de sites en reconstruction à Mossoul, ville dévastée par Daech, et une rencontre avec les dirigeants du Kurdistan irakien, fer de lance des combats contre cette organisation jihadiste. La veille, le président français a participé à un sommet régional à Bagdad, largement consacré à la lutte contre le terrorisme et l’impact de la prise de Kaboul par les talibans après le retrait américain. La France, elle, restera en Irak « aussi longtemps que le gouvernement irakien le souhaitera et que la sécurité de l’Irak en dépendra », a-t-il promis.

Rassurer le partenaire irakien

Cette déclaration intervient dans un contexte où un retrait des troupes américaines d’Irak est une hypothèse. Certes lointaine et aujourd’hui peu crédible, mais face à la débandade afghane, la France veut rassurer son partenaire irakien. « Nous avons les capacités opérationnels d’assurer cette présence, quels que soient les choix Américains », a certifié Emmanuel Macron. « Nous adapterons notre dispositif. »

En coulisses, on semble moins catégorique sur la puissance militaire française en Irak. Aujourd’hui, quelque 600 à 800 soldats français sont basés dans le pays. Mais le plus important reste le symbole envoyé : Bagdad peut compter sur le soutien de Paris.