12.6 C
Paris
dimanche, septembre 25, 2022

Les pompiers de l’aéroport légèrement sanctionnés par le tribunal

Trois pompiers de l’aéroport de Pamandzi ont comparu hier à la barre du tribunal correctionnel de Mayotte. Ils étaient soupçonnés d’avoir volé du matériel dans leur caserne et d’avoir entravé la navigation d’un aéronef. Mais, seul le vol a été condamné par les magistrats.

Jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 18 000 euros d’amende, c’est ce que prévoit le Code pénal pour toute personne qui par des dégradations, destructions et détériorations entrave la navigation ou la circulation d’un aéronef.

Les pompiers de Mayotte ont profité de l’audience pour souligner le manque de sécurité récurrent sur l’aéroport de Pamandzi.

Les pompiers risquaient gros donc. Mais rapidement, le délit d’entrave a été mis à mal. D’une part, les plaignants, la DGAC, Edéis (qui gère l’aéroport) et la préfecture de Mayotte n’étaient pas représentés à l’audience. D’autre part, le vice-procureur Bruno Amouret a considéré qu’au vu des éléments présents, il y a bien des inconvénients provoqués par la mise hors de service d’un camion de secours : détournement de l’avion vers La Réunion, préjudice pour les passagers et désorganisation de l’aéroport de Mayotte.

On ne peut considérer qu’il y a eu entrave à la navigation ni à la circulation, puisque l’avion n’a ni été empêché de décoller ni d’atterrir.

Bruno Amouret, vice-procureur de la République près le tribunal judiciaire de Mamoudzou

 Pas d’intention des pompiers d’empêcher le décollage ou l’atterrissage

Les avocats de la défense se sont engouffrés dans la brêche. Me Zainaliambidina Nizari a souligné que les pompiers n’avaient eu aucune intention d’empêcher le vol Air Austral en provenance de Paris de décoller.
Me Charles Simon a pour sa part souligné qu’aucun système de navigation n’avait été désactivé.

C’est ce genre d’engin qui a été mis hors service dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 par les pompiers de l’aéroport. L’avion d’Air Austral en provenance de Paris a dû être dérouté vers La Réunion, faute de sécurité suffisante.

©Sony Chamsidine

En revanche, le vol a bien été reconnu par le parquet. Un vol qui a consisté à prendre les clés d’un camion pour le déplacer. Et la dégradation a également été actée par le tribunal. Une dégradation légère puisqu’il s’agissait d’un retrait de fusibles.

J’aurais préféré qu’ils soient relaxés. Mais bon, on va se contenter de cette décision.

Abdallah Bamana, syndicaliste au SNSPP PATS Mayotte

Les 3 pompiers ont donc été relaxés pour l’entrave. En revanche, ils ont été condamnés à 4 mois de prison avec sursis pour vol. Et l’un d’entre eux a été également condamné à 100 euros d’amende pour dégradation. Cette condamnation ne sera pas inscrite dans leur casier judiciaire.