16 C
Paris
dimanche, septembre 25, 2022

les quais de Seine accueillent Paname Bouquine, le premier festival des bouquinistes

La première édition de Paname Bouquine, un festival dédié aux bouquinistes, a eu lieu ce week-end à Paris. Une initiative lancée pour dépoussiérer l’image de la profession, qui a vécu des mois difficiles avec la crise sanitaire.

La relève d’une tradition parisienne. Elena Carrera et Camille Goudeau, deux jeunes bouquinistes, ont lancé ce samedi et ce dimanche un événement dédié aux fameuses boîtes vertes situées le long des quais de Seine : Paname Bouquine. Le festival, qui organise sa première édition, vise notamment à moderniser l’image de la profession.

Camille Goudeau est romancière, spécialisée dans la science-fiction. « Dans la rue, on est surpris tous les jours, raconte la bouquiniste. On est emmené tous les jours quelque part par les gens. Les quais c’est bien, parce qu’on croise toute la population possible et imaginable, et du monde entier. »

Le festival « Paname bouquine » prend ses quartiers sur les quais de Seine !
Retrouvez jusqu’à ce soir les bouquinistes et leurs séances de dédicaces et de chasses au trésor.#ParisCentre pic.twitter.com/aNdv4Ji14A

— Mairie de Paris Centre (@MParisCentre) September 5, 2021

Elena Carrara, elle, est dans la tradition, avec des livres anciens et des magazines. « Je suis issue d’une famille de bouquinistes depuis 40 ans, explique-t-elle. Donc j’ai grandi avec des bouquinistes. Au cours des repas, à table, on discutait du métier. »

Animations, ateliers d’écriture, rencontres avec des auteurs…

Toutes deux sont installées depuis plus d’un an face au parvis de l’Hôtel de Ville. Ensemble, les deux jeunes femmes veulent donner une nouvelle image de leur métier. Expositions, visites guidées, animations, atelier d’écriture, présence d’auteurs… Au cours du festival,  les bouquinistes parisiens échangent sur leur profession.

On n’est pas ni carte postale ni un monument

Camille Goudeau, romancière et bouquiniste

« On aimerait créer un métier en mouvement, proposer des activités culturelles autour des quais de Seine. Une vie de quartier est possible sur les quais », avance Elena Carrara. « C’est important pour nous de montrer aux Parisiens que nous, les bouquinistes, on est d’actualité, ajoute Camille Goudeau. On propose quelque chose qui est d’actualité. On n’est pas ancien, on n’est ni une carte postale, ni un monument. On est vraiment vivant. »

A l’origine prévu en mai, le festival Paname Bouquine a été décalé en ce mois de septembre en raison du contexte sanitaire. Depuis le premier confinement, 54 bouquinistes ont quitté le métier.

P. de Baudouin / F. Hovasse / D. Morel