11.9 C
Paris
jeudi, octobre 6, 2022

Un chai pharaonique pour le Clos du Temple

Gérard Bertrand s’est associé à l’architecte François Fontès et a imaginé un chai plus qu’original destiné à son rosé très haut de gamme. Entre puissance cosmique et technologie dernier cri, le bâtiment devrait faire parler.

Tout est parti d’une vision, celle de Gérard Bertrand qui, en découvrant un superbe terroir du Languedoc, a voulu produire le meilleur rosé du monde. Et le plus cher. C’est à Cabrières qu’il a trouvé le lieu idéal, 12 hectares qui épousent les pentes d’une colline entourée de bois de chênes verts et blancs, de garrigue odorante, d’oliviers et de figuiers sauvages. Un paysage idyllique planté de vignes âgées de 40 à 70 ans, travaillées en douceur grâce au mulet Banzaï. Le Clos du Temple est une pépite qui associe climat méditerranéen doux, minéralité des sols de schistes et nuits fraîches. Le parfait équilibre pour produire de grands rosés. Il ne manquait plus qu’un outil technique à la hauteur de ses ambitions. Inspiré par l’énergie qui se dégage du lieu, il a demandé à l’architecte montpelliérain François Fontès d’imaginer une cave qui s’intègre parfaitement au paysage, sans le dénaturer, et qui permette d’utiliser les dernières technologies en matière de vinification. Pari réussi avec

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous