21.2 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

Zelensky prévient du risque «d’attaques puissantes» russes à l’est du pays

L’ESSENTIEL

Le président ukrainien a assuré que l’armée russe se repositionnait dans l’est du pays en prévision « d’attaques puissantes », notamment sur le port assiégé de Marioupol où doit avoir lieu ce vendredi une nouvelle tentative d’évacuation de civils. La Russie a indiqué cette semaine qu’elle entendait réduire son activité de Kiev et Tcherniguiv afin de transférer sa puissance de frappe depuis le nord vers les régions (séparatistes) de Donetsk et de Lougansk, dans l’est. « Cela fait partie de leur tactique », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une allocution prononcée dans la nuit de jeudi à vendredi.

« Nous savons qu’ils s’éloignent des régions où nous les battons pour se concentrer sur d’autres qui sont très importantes… où cela peut être difficile pour nous », a ajouté le président ukrainien. En particulier, la situation dans l’est du pays est « très difficile ».

Un repositionnement des troupes russes 

« Dans le Donbass et à Marioupol, dans la direction de Kharkiv, l’armée russe se renforce en prévision d’attaques puissantes », a déclaré le président ukrainien. Un sentiment partagé par le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, qui estime que les forces russes « ne se retirent pas, mais se repositionnent » sur la région du Donbass, tout en maintenant « la pression sur la capitale Kiev et d’autres villes ». Ce recentrage laisse présager un conflit « prolongé », qui pourrait durer des mois, a prévenu le Pentagone.

Des experts militaires estiment que Moscou a abandonné son projet d’avancer simultanément le long de plusieurs axes au nord, à l’est et au sud, en raison des difficultés rencontrés face à la résistance ukrainienne plus forte que prévu. Selon des responsables américains, la Russie a déplacé environ 20% de ses troupes des environs de Kiev après avoir échoué à prendre la ville.

Mais les frappes sur la capitale se poursuivent et le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré qu’il était probable que les troupes « soient repositionnées, probablement en Biélorussie, pour être rééquipées et réapprovisionnées et utilisées ailleurs en Ukraine ».

Plus d’un mois après l’invasion de l’Ukraine, Marioupoul, port stratégique du sud-est de l’Ukraine, sur la mer d’Azov, reste assiégé et pilonné sans relâche. Au moins 5.000 personnes ont péri et 160.000 civils seraient toujours bloqués dans la ville.

Le dirigeant de la république caucasienne russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, dont des milliers d’hommes combattent dans cette ville, a assuré que 90 à 95% est sous contrôle russe. Il a donné un jour aux derniers défenseurs ukrainiens, retranchés dans l’usine métallurgique Azovstal, pour déposer les armes et se rendre.

Tentative d’évacuation

De son côté, le ministère britannique de la Défense a fait état de « combats intenses à Marioupol » mais affirmé que les Ukrainiens « conservent le contrôle du centre-ville ». Une tentative d’évacuation est prévue vendredi. La délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Ukraine a indiqué sur Twitter qu’elle se trouvait dans la ville voisine de Zaporojie, où sont censés arriver les bus en provenance de la ville encerclée.

« Nous espérons pouvoir faciliter le passage en toute sécurité des civils qui souhaitent désespérément fuir Marioupol. Nous sommes également ici avec deux camions d’assistance », a déclaré Lucile Marbeau, de l’organisation, dans une vidéo diffusée sur Twitter.

Le gouvernement ukrainien avait de son côté annoncé avoir envoyé des dizaines de bus vers Marioupol, et le gouvernement local a déclaré sur Telegram que les civils pourraient commencer à embarquer vendredi matin dans la ville voisine de Berdiansk.

Des personnes ayant réussi à quitter la ville assiégée et des ONG y ont décrit des conditions catastrophiques, avec des civils terrés dans des caves, privés d’eau, de nourriture et de toute communication, et des cadavres jonchant les rues. La municipalité accuse en outre Moscou d’avoir évacué « contre leur gré » plus de 20.000 habitants vers la Russie.

Sur le front diplomatique, l’UE veut persuader la Chine de renoncer à aider Moscou pour contrer les sanctions occidentales, lors d’un sommet virtuel vendredi avec Pékin.

Pays « inamicaux »

De son côté, Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, a indiqué jeudi soir sur Twitter qu’elle était « en route pour Kiev ». Elle serait la première dirigeante d’une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l’invasion russe.

Auparavant, Vladimir Poutine avait annoncé qu’il interdisait l’entrée sur son territoire aux dirigeants européens et à la majorité des eurodéputés, en réaction aux sanctions tous azimuts visant Moscou. Et il a menacé les acheteurs de gaz russe de pays « inamicaux » de stopper leur approvisionnement s’ils ne se pliaient pas aux exigences du Kremlin, une mesure destinée à soutenir le rouble qui affecterait principalement l’Union européenne, très dépendante.

« Ils doivent ouvrir des comptes en roubles dans des banques russes. Et de ces comptes ils devront payer le gaz livré et cela dès demain », a-t-il déclaré. Le chancelier allemand Olaf Scholz a aussitôt répondu que les pays européens continueront de payer le gaz russe en euros et dollars comme cela est « écrit dans les contrats ».

Dans ce contexte, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire, en déplacement à Berlin, a signalé que la France et l’Allemagne se « préparaient » à un potentiel arrêt des importations de gaz russe.

Après cinq semaines de guerre, 4 millions de réfugiés ont fui l’Ukraine, auxquels s’ajoutent presque 6,5 millions de déplacés à l’intérieur du pays, selon l’ONU. Quelque 90% de ceux qui ont fui l’Ukraine sont des femmes et des enfants. Des responsables à Kiev ont annoncé jeudi soir que les forces russes avaient quitté la centrale nucléaire de Tchernobyl qu’elles occupaient depuis le premier jour de l’invasion de l’Ukraine, le 24 février.

« Elles ont pris avec elles des membres de la Garde nationale qu’elles retenaient en otages depuis le 24 février », a déclaré sur Telegram l’agence d’État ukrainienne Energoatom, citant des employés. Leur nombre n’est pas connu.

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici