15.4 C
Londres
samedi, juin 25, 2022

les cinq moments forts du discours de Zelensky devant l’ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté mardi l’ONU à agir « immédiatement » contre la Russie au regard de ses « crimes de guerre » commis selon lui en Ukraine, réclamant notamment son exclusion du Conseil de Sécurité, alors que Moscou nie toute accusation d’exactions. Après l’onde de choc provoquée par la découverte le week-end dernier de nombreux cadavres à Boutcha, près de Kiev, où l’Ukraine accuse les Russes de massacre, l’Union européenne et Washington ont par ailleurs intensifié leur pression économique et diplomatique contre la Russie dans l’espoir de lui faire lâcher prise.

Zelensky demande une réforme du système de l’ONU

Pour le président ukrainien, les violences à Boutcha où des dizaines de cadavres de personnes portant des vêtements civils ont été découverts ces derniers jours, sont comparables à la violence menée « par des terroristes comme Daech », mais commise « par un membre du Conseil de sécurité des Nations unies ». Volodymyr Zelensky a ainsi appelé à ce que la Russie soit exclue du Conseil de sécurité, dont sa présence comme membre permanent rend une telle décision pratiquement impossible, et à une réforme du système de l’ONU, afin que « le droit de veto ne signifie pas le droit de mourir ». Sans quoi, les Nations unies n’auraient qu’à « simplement fermer », a-t-il déclaré.

« Maintenant nous avons besoin de décisions du Conseil de sécurité pour la paix en Ukraine. Si vous ne savez pas comment prendre cette décision, vous pouvez faire deux choses », a déclaré le président ukrainien. « Soit exclure la Russie en tant qu’agresseur et à l’origine de la guerre afin qu’elle ne bloque pas les décisions relatives à sa propre agression. Puis faire tout ce que nous pouvons pour mettre en place la paix », a exhorté Volodymyr Zelensky en présence du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. « Ou l’autre option est de montrer, s’il vous plaît, que nous pouvons nous réformer ou changer (…). S’il n’y a pas d’alternative ou d’option, la prochaine option serait de carrément vous dissoudre », a encore soutenu le président ukrainien.

Le récit des faits commis par l’armée russe

Car en Ukraine, a-t-il lancé devant les représentants des pays membres, ses concitoyens « ont été tués dans leurs appartements, dans leurs maisons avec des grenades ; des civils ont été écrasés par des tanks alors qu’ils étaient dans leur voiture au milieu de la route, juste pour leur plaisir. » « Ils ont découpé des membres, tranché des gorges. Des femmes ont été violées et tuées face à leurs enfants, leur langue coupée parce qu’ils n’entendaient pas ce qu’ils voulaient entendre », a-t-il encore déclaré depuis un bureau, mur blanc et drapeau de l’Ukraine en fond.

La Russie doit être « tenue responsable » pour « les pires crimes de guerre »

Ces actions montrent que « désormais, la Charte des Nations unies est littéralement violée, dès son premier article », a dit Volodymyr Zelensky, demandant que la Russie soit « tenue responsable » pour « les pires crimes de guerre » commis depuis la Seconde Guerre mondiale, selon lui. « Si cela se poursuit, les pays ne pourront compter que sur la puissance de leurs propres forces pour assurer la sécurité, et non plus sur le droit international, sur les institutions internationales, » et « les Nations unies n’auraient qu’à fermer. » « La Charte des Nations unies doit être restaurée immédiatement », a-t-il appelé.

La diffusion d’une vidéo « d’images épouvantables »

Le président ukrainien a aussi dénoncé la « colonisation » de la Russie. « Ils ont besoin de notre richesse, de notre peuple. La Russie a déjà renvoyé des centaines de milliers de nos citoyens dans leur pays. Ils ont enlevé plus de 2.000 enfants, » a poursuivi le président ukrainien. « La Russie veut faire des Ukrainiens des esclaves silencieux. » A la suite de cette déclaration et de la diffusion d’une vidéo d' »images épouvantables », selon les mots de l’ambassadrice britannique Barbara Woodward, le représentant russe au Conseil de sécurité a répondu au président ukrainien.

La Russie conteste les accusations d’atrocité

« Nous ne sommes pas venus en Ukraine conquérir des territoires », a déclaré Vassily Nebenzia, contestant à nouveau les accusations d’atrocités visant l’armée russe : « vous avez vu des cadavres et entendu des témoignages, mais vous n’avez vu que ce que l’on vous a montré. Vous ne pouvez pas ignorer les incohérences flagrantes dans la version des événements promues par les médias ukrainiens et occidentaux. » Il a également déclaré que son pays avait procédé à l’évacuation de « 600.000 personnes » d’Ukraine, dont « plus de 119.000 enfants ». « Et nous ne parlons pas, en aucune manière, (de personnes parties) sous la contrainte ou enlevées, ainsi que le décrivent nos partenaires occidentaux, mais bien de décisions volontaires », a-t-il affirmé.

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici