15.4 C
Londres
samedi, juin 25, 2022

La ville de Sainte-Anne face au défi du développement durable

Les écologistes restent vigilants sur l’aménagement du littoral de Sainte-Anne, l’une des villes balnéaires les plus courues par les touristes. Le dimanche 03 avril 2022, les militants verts ont défilé entre l’Anse Moustique et les Salines, afin d’alerter sur des « atteintes à l’environnement » selon eux. Parallèlement, la municipalité entend mener à bien ses projets de réaménagement.

Plusieurs associations écologiques se sont rendues à Sainte-Anne le weekend dernier pour alerter et sensibiliser sur ce qu’elles appellent « des atteintes à l’environnement. Des travaux de bétonisation et de privatisation se déroulent impunément depuis 2015 sur cet espace » selon les militants verts.  

L’ex-maire écolo, Garcin Malsa, qui était présent parmi les manifestants, a saisi à ce propos, le Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, Serge Letchimy. Dans une lettre ouverte datée du 23 mars 2022, l’ancien professeur de sciences naturelles sollicite le soutien du PCE « compte tenu de l’urgente nécessité de mettre en œuvre un développement durable et solidaire de notre pays » écrit l’ancien chef d’édilité (de 1989 à 2014).     

Platelage sur l’étang des Salines pour la découverte du milieu.

©martinique.developpement-durable.gouv.fr / DR

En 2014, la majorité a changé à la mairie de Sainte-Anne. Mais les préoccupations environnementales demeurent au centre du projet municipal de la ville balnéaire, dont la principale ressource est le tourisme.

Quelques années auparavant, en 2003, Garcin Malsa a consigné sa vision du développement durable dans un document baptisé « Agenda 21 », terme apparu en 1992, à l’issue du 2nd sommet de la terre à Rio, au Brésil.  

À terme, il s’agit de faire de Sainte-Anne une station touristique de qualité, insérée dans un environnement valorisé et préservé, structurée autour de pôles dynamiques (commerce, ludique, culturel …) générant l’activité à travers des aménagements et dispositifs économiques et fiscaux divers.

Le stationnement et les commerçants ambulants de la Grande-Anse des Salines, à Sainte-Anne.

©martinique.developpement-durable.gouv.fr / DR

  

La nouvelle équipe municipale conduite par Jean-Michel Gémieux s’inscrit dans la continuité, puisqu’elle s’est engagée dans l’opération « Grand Site des Salines ». Les différentes études de ce projet de réaménagement encadré par l’ONF (Office National des Forêts), sont toujours en cours. Il avait été présenté sur le papier à la population, lors d’une réunion publique le 30 septembre 2016.  

Il s’agit d’une démarche proposée par l’État aux collectivités, pour répondre aux difficultés d’accueil et d’entretien des sites classés de grande notoriété, soumis à une très forte fréquentation, inadaptée aux capacités du site. Objectifs de la démarche : * Restaurer et protéger activement la qualité paysagère, naturelle et culturelle du site ; * Améliorer la qualité de la visite (accueil, stationnements, circuits, information, animations) dans le respect du site ; * Favoriser le développement socio-économique local dans le respect des habitants.

martinique.developpement-durable.gouv.fr

La Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL), ajoute que « l’opération Grand Site est une véritable opportunité, pour à la fois favoriser le développement touristique et économique du site, tout en préservant la biodiversité et les paysages ».  

Le « label Grand Site de France » est attribué par l’Etat aux projets de préservation, de gestion et de mise en valeur d’un lieu géographique, répondant aux principes du développement durable, pour une durée de 6 ans. Mais ce cachet peut être retiré en cas de manquement aux engagements du gestionnaire. « Ce label permet de garantir l’excellence de la gestion du site ».  

La Grande-Anse des Salines à Sainte-Anne.

©martinique.developpement-durable.gouv.fr / DR

Enfin autre initiative dans les cartons de la commune, le projet EAT (Espace Aménagement Touristique) prévu à la Pointe-Marin. Cette plage également très réputée dans le sud, devrait subir un grand lifting dans les mois qui viennent, en s’inspirant du concept « Grand Site des Salines ».    

L’AET prévoit l’extension du camping, avec 20 bungalows supplémentaires accessibles aux Personnes à Mobilité Réduites et autonomes en énergie électrique, la rénovation du bâtiment du club nautique et l’achat d’équipements (optimist, avirons, catamarans, hobbie CAT, dériveurs laser et 2 bateaux pour l’initiation à la croisière ECHO 90). Grâce à ces investissements, le maire Jean-Michel Gémieux, souhaite ainsi faciliter l’accès aux activités nautiques au plus grand nombre, notamment aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes. Des équipements ludiques et sportifs seront aussi installés sur la plage pour augmenter son attractivité, ainsi que des équipements adaptés pour les personnes en situation de handicap. Pour l’hygiène, des blocs sanitaires modernes et des espaces de tri sont prévus.

Ville de Sainte-Anne

                    

Une partie de la baie de la Pointe-Marin à Sainte-Anne, avec l’épave du voilier « Miss Carol » (au centre de l’image)

©Valéry Adjutor

Ce projet de développement touristique est (déjà) financé par la commune de Sainte-Anne, les Fonds Européens (FEDER), la Collectivité Territoriale de Martinique et l’Agence Française de Développement (l’AFD), pour un coût total de plus de 6 000 000€. Les nombreux restaurateurs de cette partie de la bande littorale saintanaise située à l’entrée du bourg, se frottent déjà les mains. 

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici