15.4 C
Londres
samedi, juin 25, 2022

Qui sont les SAS au cœur de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders ?

La nouvelle série de Steven Knight, intitulée Rogues Heroes, traitera de la création de la Special Air Service (SAS).

Alors que la dernière saison de Peaky Blinders débarque le 10 juin prochain sur Netflix, le créateur de la série a déjà annoncé son prochain projet historique : Rogue Heroes. C’est la chaîne cryptée CANAL+ qui en a récupéré les droits pour la diffusion en France et “dans tous les territoires Canal+ du monde“. Si nous n’avons encore aucune information concernant une potentielle date de sortie, on sait néanmoins que le programme traitera de la création de la SAS (acronyme de la Special Air Service) en plein contexte de la Seconde Guerre mondiale.

C’est quoi Rogue Heroes ? Hospitalisé après un exercice d’entraînement qui a mal tourné et persuadé que les unités de commando traditionnelles ne fonctionnent pas, le jeune officier excentrique David Stirling élabore un plan radical qui va à l’encontre de toutes les règles acceptées de la guerre moderne. Il se bat pour obtenir l’autorisation de recruter les soldats les plus durs, les plus audacieux et les plus brillants pour une petite unité secrète qui va semer le chaos derrière les lignes ennemies. Plus rebelles que soldats, l’équipe de Stirling est aussi compliquée, imparfaite et téméraire que courageuse et héroïque.

Une référence dans le milieu des forces spéciales

Durant l’année 1941 en Égypte, un jeune officier écossais de l’armée de terre britannique, du nom de David Stirling, propose de créer une nouvelle unité spéciale. Celle-ci serait destinée à attaquer les ennemis sur ses bases arrières, autrement dit sur les dernières lignes de front. Rapidement, un petit groupe de soixante commandos répartis en plusieurs unités se constitue. La SAS voit ainsi le jour près du canal de Suez, sur la base aérienne de Kabrit.

Les membres de la Special Air Service (que nous appellerons les SAS) mènent alors différents raids audacieux sur les aérodromes allemands et italiens. Ils font sauter plus d’une cinquantaine d’avions et se montrent plus performants que certains groupes comme les groupes de bombardiers déjà en service. Face à des 4×4 munis de plusieurs mitrailleuses, l’ennemi n’a pas d’autre choix que de s’adapter. Pour les contrer, les Allemands réussissent à capturer David Sterling et l’expédie aussitôt en Allemagne. Les SAS sont ainsi dispersés. C’est le lieutenant-colonel Paddy Wayne qui prendra finalement la relève.

Mayday, nous avons besoin de renforts !

Se rendant compte qu’elle manquait d’hommes formés, la brigade SAS va d’abord piocher dans les unités étrangères, notamment au sein de la 1ère compagnie de chasseurs parachutistes français et la Sacred Squadron grecque. Elle multiplie ensuite les recrutements et crée cinq régiments (3 étrangers et 2 britanniques). Sa place auprès des Alliés pour empêcher les nazis d’atteindre la tête du pont en Normandie se révèle décisive.

Who dares wins (“Qui ose gagne”, en français)

Devise des SAS

Pendant la période de l’après-guerre, les SAS, toujours plus nombreux, continuent à intervenir pour compléter les effectifs. Dans le Golfe, en Irak, en ex-Yougoslavie ou encore en Afghanistan, ces derniers sont reconnus pour leur efficacité à frapper fort. Aujourd’hui, ils sont considérés comme l’une des références mondiales en matière de forces spéciales et d’unité antiterroriste.

À lire aussi : Qu’est-ce que le “cosmodrome de Baïkonour” qu’on voit dans la série Infiniti ?

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici