18.3 C
Londres
dimanche, juin 26, 2022

« Les sondages se sont toujours trompés depuis 1995 » : info ou intox de Zemmour ?

Invité sur les ondes de France Inter ce mercredi, le candidat Reconquête! est persuadé qu’il atteindra le second tour malgré sa quatrième place dans les sondages.

“Les sondages (concernant les intentions de vote au premier et deuxième tour, ndlr) se sont toujours trompés depuis 1995“. Voici ce qu’a retorqué Eric Zemmour, ce mercredi 6 avril, à Léa Salamé au micro de France Inter. Crédité de 8,5% selon le dernier sondage Ipsos-Sopra Steria pour le Parisien et Franceinfo, derrière Jean-Luc Mélenchon (LFI) et au coude-à-coude avec Valérie Pécresse (LR), le candidat d’extrême droite est convaincu qu’il sera au second tour du scrutin le 24 avril.

Je suis convaincu que c’est moi qui serai au second tour. Je ne crois pas en ces sondages. Je pense que la dynamique politique est de mon côté, tous les éléments objectifs de la dynamique, c’est-à-dire les salles pleines, la ferveur, les audiences télévisées, le nombre d’adhérents à mon parti. Tout ça, c’est moi” a-t-il ajouté.

VRAI ou FAUX ?

En affirmant que “les sondages se sont toujours trompés“, le candidat du parti Reconquête! dit-il vrai ? Nous avons vérifié par nous-mêmes.

Effectivement, en 1995 et en 2002, les sondages n’avaient pas prévu toutes les éventualités. Dans ce premier cas, Jacques Chirac était estimé à 24% d’intentions de vote, Lionel Jospin à 21% et Edouard Balladur à 16,5% à deux jours du premier scrutin. Toutefois, lors du premier tour le 23 avril, l’écart entre Jacques Chirac et Edouard Balladur s’est avéré plus faible avec seulement 2,26 points de différence. Les sondages ont eu tout de même un minimum raison puisqu’ils annonçaient un duel Chirac-Jospin pour le second tour, ce qui a eu lieu.

C’est plutôt en 2002 que les sondeurs ont été véritablement surpris. Alors qu’ils annonçaient en moyenne 20% pour Jacques Chirac, 18% pour Lionel Jospin et 14% pour Jean-Marie Le Pen, le candidat du Front National s’est finalement qualifié pour le second tour alors qu’il était placé en troisième position.

En revanche, pour les élections présidentielles qui ont suivi, les prédictions des sondages étaient bonnes. Le duel entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal a été confirmé en 2007, en 2012 également pour le duel François Hollande – Nicolas Sarkozy puis idem en 2017 avec Macron – Le Pen. Quant aux intentions de vote au second tour, elles se sont révélées toutes véridiques (à quelques points près) depuis 1995.

À lire aussi : C’est quoi “la marge d’erreur” dans un sondage ?

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici