13.9 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

un habitant de Boutcha raconte les atrocités des Russes

Nicolas Tonev (envoyé spécial à Kiev) et William Molinié, édité par Gauthier Delomez
06h30, le 06 avril 2022, modifié à
06h41, le 06 avril 2022

C’est un témoignage rare qui permet de documenter les « atrocités » commises par les soldats russes dans la ville de Boutcha, au nord-ouest de Kiev en Ukraine. L’envoyé spécial d’Europe 1 Nicolas Tonev a rencontré Vladislaw, un habitant de la commune. Il dit avoir vu des militaires abattre ses voisins, et décrit les scènes de chaos auxquelles il a assisté.TÉMOIGNAGE

Ce sont des images qui ont heurté le monde. Des cadavres ont été retrouvés dans les rues de la ville de Boutcha, au nord-ouest de Kiev en Ukraine. Un « massacre » et des « atrocités » imputés par les Occidentaux aux forces russes. Rencontré par l’envoyé spécial d’Europe 1 Nicolas Tonev sur place, Vladislaw, un habitant de la commune, dit avoir vu de ses propres yeux les militaires abattre ses voisins. « Les soldats russes ont contrôlé tous les habitants pour savoir s’ils avaient des tatouages sur leur corps », affirme-t-il au micro de notre envoyé spécial.

Ce groupe de six personnes qui a tiré sur des civils

« Ils recherchaient des indices pour prouver qu’ils étaient liés aux actions militaires ou aux nationalistes. Si c’était le cas, ils tiraient dans la nuque ou n’importe où », ajoute l’habitant dans ce témoignage rare. « Il y a même une photo avec huit personnes mortes au sol à côté de l’endroit où elles étaient contrôlées. Tout s’est passé devant nous, devant moi et devant d’autres témoins qui étaient là et qui ont tout vu », rapporte Vladislaw.

Quelques jours avant que les Russes ne se retirent de la ville, l’habitant raconte qu’un groupe de six personnes armées vêtu de noir sont entrées dans son quartier et ont tiré sur des civils. « Il y avait un grand père assis sur un banc dans sa cour, il préparait un feu pour manger. Un type habillé en noir l’a fusillé », se souvient Vladislaw, qui poursuit la description de la scène. « Ils étaient en uniforme noir. Certains disaient qu’il s’agissait des services spéciaux. D’autres disaient que c’étaient les hommes de Ramzan Kadyrov (le président de la République de Tchétchénie, ndlr). Ils tiraient sur tout ce qui bougeait sans pitié. »

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici