13.9 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

Qui était Fujiko Fujio A, l’auteur du manga culte Doreamon décédé à 88 ans ?

Le célèbre mangaka Fujiko Fujio A à l’origine du ninja Hattori-kun, le fantôme Q-Taro ou encore du chat robot Doreamon est mort aujourd’hui à l’âge de 88 ans. Retour sur sa vie. Fujiko Fujio : un duo

Fujiko Fujio A est en réalité le nom de plume de Motoo Abiko. En effet, la plupart des succès du Nippon ont été écrits et dessinés avec son ami Hiroshi Fujimoto sous le nom Fujiko Fujio. A leur séparation en 1987 chacun garde cette identité pour continuer leur profession, Fujimoto y ajoutant en F et Abiko y apposant un A.

C’est ce duo qui marque la partie la plus importante de sa carrière. L’une de leurs premières œuvres est le manga Q-Taro, qui raconte la vie d’un petit fantôme farceur vivant avec une famille d’humains. C’est un succès au Japon comme à l’étranger. Ensemble, ils obtiennent trois fois le prix Prix Shōgakukan. Une première fois en 1963 pour Susume Roboketto et Tebukuro Tecchan. Puis le même prix dans la catégorie jeunesse en 1982 pour Doraemon.

Ils fondent ensemble le studio d’animation Studio Zero au début des années 1960 qui produisait des séries animées basées essentiellement sur les œuvres de Fujiko Fujio.

Il a grandi dans un temple bouddhiste

Fujiko Fujio A est né en 1934, fils ainé du supérieur d’un temple bouddhique dans le centre du Japon. Il grandit là pendant une dizaine d’années, jusqu’à la mort de son père. Il avait déclaré au quotidien Asahi en 2020 : “La mort de mon père est l’événement qui a le plus changé ma vie. S’il n’était pas décédé, je pense que je serais devenu moine”.

Dès l’école primaire, il souhaite devenir mangaka et dessine ses premières histoires.

Une carrière solo tournée vers le manga adulte

En solo, Fujiko Fujio A crée plusieurs séries de manga. C’est notamment lui qui finit seul la série Ninja Hattori-kun qui relate la vie d’un enfant de 10 ans un peu paresseux qui devient très ami avec un ninja ; tandis que Fujiko Fujio F s’est principalement consacré à Doreamon jusqu’à sa mort. Il a également écrit une œuvre autobiographique, Manga-michi.

Il a touché à divers horizon : production (de Boyhood notamment), essayiste…

A lire aussi : Tout savoir sur la prochaine édition de Paris Manga

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici