15.4 C
Londres
samedi, juin 25, 2022

l’ancien Président Michel Martelly, aurait-il ordonné l’assassinat

Selon Pierre Espérance, le directeur du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), l’ex-président haïtien, Michel Martelly, pourrait être impliqué dans l’assassinat de son successeur, Jovenel Moïse. L’homme soupçonne également l’ancien chef d’Etat musicien, de vouloir l’éliminer, des déclarations formulées récemment devant la presse.

Serge Zobéïde / Guy Etienne

Publié le 13 avril 2022 à 05h00,

mis à jour le 13 avril 2022 à 06h56

Pierre Espérance dit être depuis plusieurs semaines, la cible de celui qu’il appelle « Le Parrain ». Les menaces contre sa personne se seraient accentuées depuis la publication, le 6 janvier 2022, du deuxième rapport du Réseau National de Défense des Droits Humains, à propos de l’assassinat de Jovenel Moïse.  

Le directeur du RNDDH a affirmé que des proches de Michel Martelly ont tenu, le 16 mars 2022 à Kenscoff (au sud de Port-au-Prince), une réunion au cours de laquelle aurait été planifiée « une action » contre lui et son organisation.  

« La question de son élimination ne date pas d’hier » d’après Marie-Rozy Auguste-Ducena, la directrice du programme du RNDDH. « Elle avait déjà été abordée lors d’une réunion organisée à Miami en avril 2021 ». Malgré ces menaces, le Réseau continue d’affirmer que l’ex-président, Michel Martelly, serait impliqué dans l’assassinat de son successeur Jovenel Moïse.  

Nous avons mené des enquêtes, nous avons des dossiers, nous avons des informations, et pour nous, « le parrain » est impliqué dans l’assassinat.

Pierre Espérance – directeur du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH)

Pierre Espérance est formel et renvoie aux rapports de la Direction Centrale de la Police Judiciaire du pays, « pour connaître les causes du blocage de l’enquête » et il n’en démord pas.  

Les personnes qui ont planifié l’assassinat de Jovenel Moïse dont le cerveau du crime, sont aisément identifiables.

Pierre Espérance

Jovenel Moïse, le président d’Haïti, assassiné le 7 juillet 2021.

©twitter

Ces affirmations si elles devaient se confirmer, pèseraient alors très lourdement dans ce dossier criminel à rebondissements, dont une partie de la presse locale s’en fait l’écho régulièrement, près d’un an après l’assassinat du Président Jovenel Moïse.

 Il a été tué le 7 juillet 2021 par un commando armé, dans sa résidence privée.  

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici