13.9 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

explosions sur un croiseur russe, l’Ukraine dit l’avoir frappé

L’ESSENTIEL

La Russie a subi un de ses plus gros revers dans son offensive contre l’Ukraine avec l’incendie et l’évacuation du croiseur Moskva, son vaisseau amiral en mer Noire, que l’armée ukrainienne affirme avoir frappé avec des missiles de croisière au moment où les défenseurs de Marioupol mènent une lutte acharnée.

L’Ukraine a annoncé jeudi une reprise des évacuations de civils via neuf couloirs humanitaires, notamment depuis la ville assiégée de Marioupol dans le sud-est du pays, après une journée de suspension due selon Kiev à des violations russes du cessez-le-feu. « Neufs couloirs humanitaires sont prévus aujourd’hui », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk sur Telegram.

Les principales informations :

  • Un navire russe a été « gravement endommagé » par une explosion de munitions causée par un incendie
  • Depuis mercredi, Moscou menace de frapper des centres de commandement dans la capitale ukrainienne, Kiev
  • Joe Biden a annoncé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars à l’Ukraine

Le croiseur russe n’a pas coulé selon la Russie

Le croiseur Moskva, navire amiral de la flotte russe de la mer Noire « gravement endommagé », n’a pas coulé et les explosions à bord ont cessé, a affirmé jeudi le ministère russe de la Défense. « Le foyer de l’incendie a été circonscrit, il n’y a pas de flammes. Les explosions de munitions ont cessé. Le croiseur Moskva garde sa flottabilité » et « l’armement principal de missiles n’a pas été abîmé », selon le ministère assurant que l’équipage de plusieurs centaines de personnes a été évacué. Aucun bilan n’a été fourni.

Le ministère ne donne aucune indication quant aux raisons du sinistre, disant enquêter pour en établir les causes. De son côté, l’Ukraine a affirmé avoir attaqué le bâtiment. « Des missiles Neptune qui protègent la mer Noire ont causé d’importants dégâts à ce navire russe », a assuré le gouverneur ukrainien de la région d’Odessa (sud), Maxime Martchenko.

Moscou menace de frapper les « centres de prise de décision »

L’armée russe a menacé mercredi de frapper des centres de commandement dans la capitale ukrainienne Kiev, que Moscou a renoncé pour l’heure à prendre, accusant l’Ukraine de tirs et de sabotages sur le territoire russe.

« Si de tels événements se poursuivent, des frappes seront menées par l’armée russe sur des centres de prise de décision, y compris à Kiev, ce que l’armée russe s’est retenue de faire jusqu’à présent », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Un village frontalier bombardé, selon Moscou

Le Comité d’enquête russe, chargé des principales investigations, a accusé jeudi l’Ukraine d’avoir bombardé un village russe frontalier avec deux hélicoptères, faisant sept blessés. « Des membres des forces armées ukrainiennes sont illégalement entrés dans l’espace aérien de la Russie avec deux hélicoptères de combat équipés d’armes lourdes. Volant à basse altitude, ils ont mené au moins six frappes sur des immeubles d’habitation dans le village de Klimovo », dans la région de Briansk, a déclaré le Comité d’enquête, des accusations invérifiables dans l’immédiat.

Nouvelle aide américaine

Le président américain a annoncé mercredi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars à l’Ukraine, notamment des équipements lourds. Selon le porte-parole du pentagone, il s’agit de 18 canons M777 Howitzer, des pièces d’artillerie de dernière génération utilisées encore récemment par l’armée américaine en Afghanistan, accompagnés de 40.000 obus de 155mm, de dix radars anti-artillerie mobiles AN/TPQ36 et de deux radars anti-aériens AN/MPQ64 « Sentinel ».

Cette nouvelle tranche comprend aussi 300 drones « kamikazes » Switchblade, ainsi que 500 missiles Javelin et « des milliers d’autres systèmes antichars », auxquels s’ajoutent 200 véhicules blindés de transport de troupes M113 et 100 blindés légers Humvee.

L’Ukraine, « une scène de crime »

Le procureur de la Cour pénale internationale, le Britannique Karim Khan, a qualifié mercredi l’Ukraine de « scène de crime », lors d’une visite à Boutcha, près de Kiev.

« L’Ukraine est une scène de crime. Nous sommes ici parce que nous avons de bonnes raisons de penser que des crimes relevant de la compétence de la Cour sont commis », a-t-il déclaré lors d’une visite de cette ville où des centaines de civils, selon les autorités ukrainiennes, ont été retrouvés morts après l’occupation russe. Le président polonais Andrzej Duda, en visite à Kiev, a estimé mercredi que la Russie ne menait pas une simple guerre en Ukraine mais était coupable de « terrorisme » et de « cruauté ».

Mise en garde de Zelensky à l’Europe

Le président ukrainien a appelé mercredi l’Europe à agir plus rapidement contre la Russie si elle ne veut pas prendre le risque de « perdre toute l’Europe de l’Est ».

Reddition de soldats à Marioupol, selon Moscou

Le ministère russe de la Défense a affirmé mercredi que plus d’un millier de soldats ukrainiens s’étaient rendus aux forces russes dans la ville de Marioupol, port stratégique assiégé depuis plusieurs semaines. Le conseiller militaire du président ukrainien Oleksiï Arestovitch a cependant indiqué que des unités de la 36e brigade avaient rejoint le régiment Azov, regroupant ainsi les forces ukrainiennes dans la ville.

Crispation entre Kiev et Berlin

Le chancelier allemand Olaf Scholz a fait savoir mercredi ne pas envisager à ce stade d’aller à Kiev comme le lui demande le président ukrainien.

Cette invitation intervient sur fond de crispations entre l’Allemagne et l’Ukraine, après le refus mardi de Volodymyr Zelensky de recevoir le président allemand Frank-Walter Steinmeier, critiqué pour sa diplomatie de rapprochement avec la Russie lorsqu’il était ministre d’Angela Merkel. Kiev n’a pas reçu de demande « officielle » de la part de Berlin concernant une visite de Frank-Walter Steinmeier, a fait savoir plus tard le président ukrainien.

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici