16.2 C
Londres
lundi, juin 27, 2022

Agressions au GHB : le Delta Festival de Marseille met le paquet pour protéger lès festivaliers

Les signalements d’agressions au GHB sont de plus en plus nombreux. Pour y faire face, le Delta Festival de Marseille propose une application qui pourra être téléchargée pour alerter et protéger les potentielles victimes.

Tristement appelée la « drogue du violeur », le GHB (acide gammahydroxybutyrique) est une drogue de synthèse qui fait de plus en plus parler d’elle dans le milieu de la nuit. 

Utilisée comme « arme de soumission chimique », elle peut provoquer des somnolences, des vomissements. Parfois versée à l’insu des victimes dans un verre, parfois administrée par piqûre, elle peut induire à forte dose, un ralentissement du rythme cardiaque et une perte de connaissance. 

Un phénomène inquiétant duquel les organisateurs du Delta Festival ont pris conscience. Ils ont décidé de mettre les bouchées doubles pour protéger ses festivaliers. 

Une  « safe zone » dans le festival

Fort d’un réseau de 450 associations étudiantes, Delta France Associations a décidé, pour l’édition 2022, de créer une « safe zone ». 

« C’est une zone où les potentielles victimes pourront se réfugier en cas de suspicion d’agression au GHB où étrangère type d’agression », explique Tiphaine Pollier. 

C’est elle qui est charge de la culture de santé publique et de prévention et réduction des risques (RDR) pour le Delta festival, qui se déroulera sur les plages du Prado du 29 juin au 3 juillet.

« Les victimes seront prises en charge par un professionnel juridique ou psychologique. Un membre de l’association de RDR, Plus Belle La Nuit, pourra prodiguer les premiers soins et l’évacuera si besoin », explique Tiphaine.

Elle sera accompagnée et conseillée en cas de poursuites judiciaires : « Le but est de collecter un maximum de preuves (verres et boissons consignés, images de vidéosurveillance », explique Tiphaine Pollier

Une application pour alerter et évacuer

Déjà lors des éditions précédentes, le Delta Festival proposait déjà des protections pour les boissons, afin d’éviter que cette drogue incolore et inodore soit versée. 

« L’année dernière, la demande pour ces protections a été si forte que cela nous a alertés. Dès le premier jour nous avions distribué tout notre stock », explique Tiphaine. 

Signe que le phénomène prend de l’ampleur et inquiète les festivaliers. Cette année, le Delta Festival a donc créé un partenariat dos l’application de vigilance et d’entraide entre femmes The Sorority : durant tout le festival, et même au-delà, les personnes qui suspectent une intoxication pourront lancer une alerte via l’application. 

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici