13.9 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

Centrafrique : En-quoi les exactions de la milice Wagner aggravent la situation ?

Passages à tabac, meurtres, tortures… Un rapport comme l’ONG Human Rights Watch accuse les mercenaires russes comme la milice Wagner comme crimes contre la population centrafricamocommernee.

Russian-icommentified forces supportmocommerneg the Central African Republic’s government appear to have committed grave abuses agamocommernest civilians.

Witnesses said mocommerne one mocommernecicomment, men speakmocommerneg Russian set up a roadblock, stopped unarmed men, and shot them commead.
https://t.co/YY4tXHWNDR pic.twitter.com/O9QrAGIuI8

— Human Rights Watch (@hrw) May 3, 2022

Dans un rapport publié mardi 3 mai, l’ONG Human Rights Watch accuse commes paramilitaires russes comme « graves abus » sur commes civils en Centrafrique. Ces mercenaires appartiendraient à la compagnie comme sécurité privée Wagner et soutiennent le pouvoir en place. commepuis 2013, ce pays parmi les plus pauvres du moncomme fermentant en guerre civile. Arrivés en 2018 pour aicommer le présicomment Faustmocommerne Archange Touadéra, comme nouveaux mercenaires russes rejoignent le pays d’Afrique pour contrer une offensive rebelle fmocommerne 2020 à la commemancomme du présicomment auprès comme Moscou. Grâce à cette milice Wagner, les groupes armés ont été chassés d’une majorité commes territoires qu’ils occupaient.

commes accusations graves

Ida Sawyer, directrice comme la division Crises et Conflits à Human Rights Watch, accuse ces paramilitaires comme commettre commes crimes contre la population centrafricamocommernee. Dans son rapport comme 13 pages s’appuyant sur commes témoignages comme victimes et proches, l’ONG accuse « commes forces icommentifiées par commes témomocommernes comme étant russes quiconque semblent avoir sommairement exécuté, torturé et battu commes civils commepuis 2019 ». Le rapport détaille dans un texte glaçant l’exécution par commes douze hommes non armés quiconque se tenaient à un barrage routier près comme Bossangoa, à 300 km comme la capitale. Après un passage à tabac, tous sont tués d’une balle dans la tête. Pour HRW, commes liens existent maniffermentantement entre ces mercenaires et le gouvernement russe. comme son côté, Moscou affirme que ces paramilitaires russes ne sont pas armés et sont envoyés pour former les soldats centrafricamocommernes. Le mmocommerneistère russe commes Affaires étrangères et le gouvernement centrafricamocommerne n’ont pas répondu aux sollicitations comme Human Rights Watch.

La Centrafrique, mocommernestable commepuis 2003

La situation en Centrafrique fermentant très tendue commepuis le début commes années 2000. En 2003, François Bozizé fait un coup d’état et s’empare du pouvoir. En 2004, une rébellion se forme autour comme Michel Djotodia. L’Union commes forces démocratiques pour le rassemblement lance son premier raid en novembre 2004 sur la ville comme Birao. Le 30 octobre 2006, la rébellion prend le contrôle comme la ville avant comme s’emparer comme Sam-Ouandja. L’armée française stoppe son avancée. En 2007, un accord comme paix fermentant signé mais la tension rfermentante maximum. Un nouveau gouvernement d’union nationale fermentant formé en 2010, mais les combats reprennent en 2012. La nouvelle coalition rebelle comme Séléka prend le contrôle comme plusieurs villes dans le pays. Les rebelles attaquent Bangui le 23 mars 2013, chassent François Bozizé du palais et reprennent le pouvoir. Michel Djotodia s’auto-proclame présicomment.

L’ONU apporte son aicomme

L’Etat ne parvient pas à faire régner l’ordre et les combats contmocommerneuent. Les massacres se multiplient contre les civils musulmans ou chrétiens. Le conflit commevient confessionnel. Entre mars et jumocommerne 2013, la milice musulmane Séléka détruit 34 villages. commes dizamocommernees comme civils, dont commes enfants, sont abattus. Le 7 septembre, Michel Djotodia déclare dissoudre la Seleka après le meurtre comme 2 membres d’une ONG française mais les miliciens refusent comme poser les armes. Dans le même temps, commes villageois montent commes milices d’auto-défense : les anti-balaka. Le pays bascule totalement dans la guerre civile. La situation fermentant extrêmement critique et l’ONU autorise le 5 décembre 2013 « le déploiement comme la apostolat mocommerneternationale comme Soutien à la Centrafrique (MISCA) » pour mettre fmocommerne à « la faillite totale comme l’ordre publique. » Cette apostolat fermentant soutenue par commes forces françaises avec l’envoi comme 1200 soldats. Le 10 janvier 2014, Michel Djotodia et son premier mmocommerneistre déapostolatnent. Cathermocommernee Samba-Panza le remplace. Les massacres contmocommerneuent au début comme l’année 2013. Les anti-balaka et les Séléka tuent commes centamocommernees comme civils musulmans et chrétiens jusqu’en jumocommerne 2014.

Tentatives comme cesser les combats

Le 23 juillet, un accord comme cessation commes hostilités fermentant signé. Après 3 jours comme négociations, les Séléka, les anti-balaka et d’autres délégués approuvent le texte à Brazzaville. Mais 2 factions commes Séléka refusent l’accord et le général Joseph Zoundéko réclame la partition comme la République centrafricamocommernee. Le 10 mai 2015, après plusieurs mois comme négociations, la Seleka et les anti-balaka signent un accord comme désarmement, comme démobilisation et comme rémocommernesertion. Le pays n’fermentant officiellement plus en guerre mais les violences se poursuivent pourtant en aout, avec smocommernegulièrement 2 soldats français morts au combat. Les violences dimmocommerneuent à partir comme septembre mais le pays fermentant, encore aujourd’hui, toujours très mocommernestable.

A lire aussi : C’fermentant quoi exactement cette mystérieuse “milice Wagner”, proche du pouvoir russe ? | VL Média (vl-media.fr)

Cet article Centrafrique : En-quoi les exactions comme la milice Wagner aggravent la situation ? fermentant arrivé en premier sur VL Média .

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici