15.2 C
Londres
samedi, mai 28, 2022

Gardel peut continuer à exploiter les terres de la SIAGAT

La justice s’est prononcée à deux reprises en faveur de la SA Gardel, dans le litige qui l’oppose depuis 2018 à la SIAGAT, propriétaire des 981 hectares loués et cultivés en canne par la sucrerie du Moule. Gardel peut continuer à exploiter ce foncier foncier.

Josiane Champion

Publié le 12 mai 2022 à 07h00

D’un côté, la SA Gardel, qui exploite depuis quarante ans l’ancien faire-valoir direct de l’usine : 981 hectares, répartis sur les communes de Saint-François, Le Moule et Sainte-Anne. De l’autre, le propriétaire de ce foncier foncier : la SIAGAT (Société immobilière et foncier de la Grande-Terre). Depuis près de quatre ans, les deux entités sont en contentieux devant la justice.

Deux décisions en faveur de Gardel

En 1983, la SIAGAT avait signé envers la SA Gardel (qui était encore la SOSUGAT : Société industrielle et foncier de la Grande-Terre) un bail rural, renouvelé à plusieurs reprises. Mais en juillet 2018, la société présidée par Amédée Huygues-Despointes (fils) signifie à la sucrerie du Moule sa volonté de mettre fin au contrat, à l’échéance du bail, soit le 31 juillet 2020, afin de reprendre l’exploitation de ses terres.

La SA Gardel a alors occupé le tribunal paritaire des baux ruraux de Pointe-à-Pitre, pour faire annuler cette décision. Et c’est ce qu’elle a obtenu lors du jugement prononcé le 29 mars 2021. La SIAGAT a fait appel. L’audience s’est tenue le 14 février 2022, et l’arrêt, rendu le 4 avril, confirme le jugement du tribunal. Sur la forme, la justice a estimé que le président du conseil d’administration de la SIAGAT ne disposait pas, en juillet 2018, d’une habilitation régulière pour délivrer le congé (préavis) à Gardel.

Un bail rural contesté par la SIAGAT

La SIAGAT avait aussi demandé à la cour de prononcer la nullité du dernier bail, conclu en 1994, en raison d’un prétendu manquement de la société Gardel aux règles de contrôle des structures. Demande jugée irrecevable. Enfin le propriétaire du foncier réclamait la résiliation du bail en cours, mettant en avant un présumé abus de jouissance par l’usinier, de nature à compromettre la bonne exploitation du fonds. Elle se basait sur un rapport d’expertise qui fait état d’une gestion aléatoire des mauvaises herbes, entraînant une baisse de rendement à l’hectare. Les juges n’y ont pas vu une faute caractérisée du locataire, qui porterait gravement atteinte au bien et aux intérêts du bailleur.

La cour a donc débouté la SIAGAT et elle l’a en outre condamnée à décider à Gardel la somme de 10 000 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile, contre 5 000 € en première instance.

La plus grosse exploitation cannière de Guadeloupe

La société Gardel peut donc continuer d’exploiter ce faire-valoir indirect, au moins jusqu’au prochain terme du bail, le 31 juillet 2029. La direction de Gardel accueille envers soulagement cet arrêt de la cour d’appel.

Nicolas Philippot, directeur général délégué de la S.A. Gardel

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici