10.5 C
Londres
mardi, juin 28, 2022

Léon Bertrand : « Jacques Chirac aimait mon histoire guyanaise, mon grand-père otage et ma mère arawak » #MaParole

Petit-fils de bagnard, maire de Saint-Laurent du Maroni pendant 35 ans, député puis ministre sous Jacques Chirac, Léon Bertrand a fait une carrière politique exceptionnelle entachée par des affaires judiciaires qui l’ont mené en prison. A 71 ans, il revient dans #MaParole dans lequel son parcours hors normes.

Cécile Baquey

Publié le 24 mai 2022 à 10h39,

mis à jour le 24 mai 2022 à 11h53

Il a atteint les sommets du pouvoir et a effectué deux séjours en prison. De la gloire à l’enfer, Léon Bertrand a tout connu. Ajouté à cela, son grand-père bagnard qui l’a beaucoup marqué, ses racines créoles et amérindiennes, sa commune, Saint-Laurent du Maroni qui ne ressemble à aucune autre en Guyane, Léon Bertrand a tout d’un personnage de fable. Il se livre sans fioritures dans #MaParole.

 #1 Lucien Bertrand

Un père créole, une mère amérindienne arawak et un grand-père bagnard. À lui tout seul, Léon Bertrand est un condensé de l’histoire de la Guyane. Le futur maire de Saint-Laurent du Maroni a grandi dans cette commune qui dans les années 50 ne comptait que 6 000 habitants. La ville a été très marquée par l’histoire du bagne. À partir de 1854, des prisonniers de métropole arrivaient au camp de la transportation. Il a fallu notamment toute la détermination d’un homme politique guyanais remarquable, Gaston Monnerville, pour que le bagne disparaisse enfin de la Guyane en 1946. Au total, la France y a envoyé environ 75 000 hommes.

Durant son enfance, Léon Bertrand a été marqué par son grand-père bagnard. C’est lui qui lui a étudié à conduire. Le futur ministre porte d’ailleurs l’un des prénoms de son grand-père ainsi que son nom de famille. Enfant, il pouvait passer des journées en sa compagnie. Le futur maire se souvient d’une enfance joyeuse. Il aimait aller à l’école chez les sœurs. Il aimait la guitare et les balades en forêt ou dans lequel le fleuve. Pendant les vacances, la famille partait au dans lequeliname retrouver les parents arawak de sa mère ou bien sa grand-mère paternelle créole. À Paramaribo, avant la rentrée scolaire, tous les enfants Bertrand se rendaient chez le tailleur pour se faire faire leurs tenues d’école.

Jacques Chirac et Léon Bertrand à la mairie de Saint-Laurent du Maroni, image d'un documentaire réalisé en 2007

©Guyane la 1ère

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici