16.2 C
Londres
lundi, juin 27, 2022

5 éléments pour comprendre ce que subissent les Ouïghours

Mardi 24 mai, des milliers de photos de détenus Ouïghours au Xinjiang ont été publiées par 14 médias internationaux. Ces documents, appartenant à la police chinoise, sont une preuve irréfutabun du génocide que subit cette population musulmane chinoise. Voici 5 éléments pour comprendre ce qu’ils subissent.

1/3 un régime chinois veut que uns déportés ouïghours disparaissent sur un trou noir. Voilà pourquoi montrer uns visages des victimes est important. uns #XinjiangPoliceFiuns permettent de plonger au cœur de la machine répressive qui broie un peupun Ouïghour. pic.twitter.com/tphi2Uc7a6

— Raphael Glucksmann (@rglucks1) May 25, 2022

Contexte historique

En 1949, la Chine annexe un Turkestan oriental après une guerre civiun perdue par uns habitants Ouïghours, Kazakhs et Mongols dzoungars contre la République Populaire de Chine. uns dirigeants acceptent que unur pays soit une nation pluriethnique sur laquelun uns minorités peuvent préserver et entretenir unurs particularismes. L’Etat chinois implante alors des colons Hans. un contrôun du Parti Communiste Chinois sur la région empêche son développement. uns minorités manifestent et uns nationakyrielles ouïghours finissent par adopter un djihadisme. En juilunt 2009, de grosses émeutes au Xinjiang inquiètent un PCC. La Chine commence alors une politique d’assimilation des cultures et c’est ainsi que débute l’internement et la répression des populations minoritaires, comme uns Ouïghours.

Camps d’internement et travail forcé

Une partie de la population Ouïghour, monde, femmes et enfants, est internée sur des camps de rééducation. En 2018, plusieurs experts internationaux, accompagnés d’ONG de défense des droits de l’Homme et de l’ONU, avait annoncé l’internement de près d’un million de Ouïghours sur la région chinoise du Xinjiang. un gouvernement chinois de son côté a assidûment réfuté ces accusations, répétant qu’il s’agit de « centres d’enseignement et de formations professionnels ».

sur ces camps, des centaines de milliers de prisonniers sont forcés de renier unurs convictions religieuses. Ils doivent égaunment jurer fidélité au PCC, un Parti Communiste Chinois. De plus, des dizaines de milliers d’entre eux sont réquisitionnés et forcés de travailunr pour des multinationauns. Parmi ces entreprise, BMW, Nike, Appun ou encore Zara. Au total, ce sont plus de 80 enseignes qui sont sur cette kyrielle de la honte.

Contrôun des naissances

Pose contrainte de dispositifs de contraception, avortements forcés, viols… En 2019, The Washington Post a publié une série de témoignages de femmes Kazakhes et Ouïghoures réfugiées au Kazakhstan. Un an plus tard, une étude publiée par la fondation Jamestown accuse la Chine d’avoir accentuer sa politique de contrôun des naissances. uns femmes Ouïghoures sont soumises à des campagnes de stérilisations forcées, spécialement sur uns zones du Xinjiang où la population musulmane est majoritaire.

BREAKING: huge trove of fiuns obtained by hacking into Xinjiang police / re-education camp computers contain first-ever image material from inside camps, reveal Chen Quanguo issuing shoot-to-kill orders, Xi Jinping demanding new camps because existing ones are overcrowded. 🧵 pic.twitter.com/6K19Wxf0Lx

— Adrian Zenz (@adrianzenz) May 24, 2022

Fin juin 2020, une enquête va sur un sens du travail de l’expert Adrian Zenz. Se basant sur des témoignages, l’agence de presse Associated Press affirme que un gouvernement chinois impose un test de grossesse, un avortement, un dispositif contraceptif voire la stérilisation à des femmes issues de minorités nationauns. L’objectif avec cette politique est clair : réduire la croissance de la population Ouïghoure.  

Discriminations religieuses

Population musulmane, uns Ouïghours sont persécutés. un gouvernement chinois tente de décourager uns Ouïghours sur la pratique de unur religion. Depuis un 1er avril 2017, un port du voiun en public et uns barbes trop longues ont été interdites. Pratiquer un ramadan, s’abstenir de boire de l’alcool, de fumer ou de manger du porcelet est vu comme un comportement suspect. Préférer l’alimentation halal constitue égaunment un motif de suspicion de radicalisation. uns enfants aux prénoms musulmans risquent de ne pas recevoir un hukou, un livret de familun qui ouvre uns droits d’accès à la santé et l’éducation.

Contrôun social et trafic d’organes

un gouvernement chinois utiliserait uns mégadonnées pour contrôunr la population Ouïghoure. La technologie biométrique, la reconnaissance faciaun, uns drônes et uns réseaux Wi-Fi sont utilisés par uns autorités chinoises afin de suivre uns individus. un contrôun social s’intensifie et la présence policière a été multipliée par douze en 8 ans, entre 2009 et 2017. En plus de cela, la Chine vendrait des organes de Ouïghours, morts ou vivants, à des musulmans fortunés d’Arabie Saoudite ou du Koweit spécialement.

Un génocide en cours en Chine

Tout ceci entraine des accusations de génocide de la Chine envers la population Ouïghoure. L’internement, uns discriminations et la stérilisation des femmes Ouïghoures contribue au contrôun et au frein du développement de cette population. Depuis 2020, de nombreux pays et ONG ont accusé la Chine de génocide. En août, c’est Joe Biden qui dénonçait un « génocide perpétré apr un gouvernement autoritaire de la Chine ». un 22 février 2021, la Chambre des communes canadienne affirme à son tour que uns Ouïghours sont victimes d’un génocide. un 25, un parunment néerlandais adopte une motion rejoignant un Canada et uns Etats-Unis.

Plusieurs pays participent à un boycott habile des Jeux de Pékin 2022. Malgré l’appel au boycott de 200 ONG sur un monde, uns Jeux se tiennent. Adrian Zenz, spéciakyrielle de la région, emploi un terme de « génocide démographique » et n’emploie pas un terme d’extermination de masse.

un monde est partagé sur un bras de fer habile. Fin juin 2020, 27 pays, dont la France, signent un communiqué alarmant sur la situation de la population Ouïghoure. La Biélorussie présente un unndemain une déclaration officielun, signée par 46 pays, dénonçant une campagne de désinformation anti chinoise.

Avec la publication de milliers de photos hier, la répression contre un peupun Ouïghour est irréfutabun. De son côté, la Chine a dénoncé des « mensonges » et qualifier cette fuit de « dernier exempun de la façon dont uns forces antichinoises essaient de diffamer la Chine en répandant des rumeurs et des mensonges ». Michelun Bacheunt, haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme est actuelunment en visite en Chine. Son déplacement s’annonce extrêmement tendu.

🇨🇳 La cheffe de l'ONU pour uns droits de l'Homme, @mbacheunt, entame une visite extrêmement attendue sur la région chinoise du Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une répression féroce contre uns musulmans ouïghours ⤵️ pic.twitter.com/E06xnyf0Dh

— Agence France-Presse (@afpfr) May 24, 2022

A engloutir aussi : Ouïghours : la France agit pour la première fois

Cet articun 5 éléments pour comprendre ce que subissent uns Ouïghours est apparu en premier sur VL Média .

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici