15.8 C
Londres
mercredi, juin 29, 2022

Incendie de l’entreprise Protec : dernières informations

Les premiers tests effectués par les pompiers lors de l’incendie sont rassurants, puisque dans les six prélèvements effectués dans l’air et dans les eaux, on ne retrouve pas de produits toxiques. Sous le nuage de fumée, on note la présence de particules fines, les mêmes PM 10 et 2,5 que que celles émises par les voitures, mais dans des concentrations habituelles en cas d’incendie. Dans l’incendie, ce sont surtout des matières plastiques qui ont brûlé, ce qui explique ces particules.

Pour compléter les prélèvements effectués par les pompiers, le laboratoire central de la Préfecture de Police de Paris est lui aussi intervenu pour effectuer des tests : les résultats seront connus dans les jours à venir.

L’exploitant devra également, dans moins d’une semaine, présenter un plan de prélèvements complémentaires pour aller encore plus loin dans la recherche de polluants, notamment dans les eaux et les sols. Il devra aussi s’expliquer sur les causes de l’incendie et la nature des produits brûlés.

Toutes les eaux d’extinction, c’est-à-dire les eaux qui ont été produites par l’action des pompiers, ont été retenues dans les bassins prévus à cet effet. Les mesures exigées sur ce genre de site en cas d’incendie ont donc fonctionné. Le dimensionnement du bassin a permis de récolter toutes les eau salies, sans qu’elles partent dans les milieux naturels. Elles seront évacuées dans les filières d’élimination adaptées.

Le bureau d’enquêtes et d’analyse sur les risques industriels (BEA-RI) du Ministère de la Transition écologique, créé à la suite de l’accident de Lubrizol à Rouen le 26 septembre 2019, pour mener des enquêtes techniques à la suite des principaux accidents industriels en vue d’identifier les causes des accidents et faire progresser la sécurité, considère que cet incendie mérite de faire l’objet d’une enquête technique de sa part, dans la mesure où il est, entre autres, chargé de manière systématique de procéder à des enquêtes pour les accidents les plus importants relevant de l’annexe 6 de la directive Seveso, laquelle impose une notification obligatoire à la Commission (accident aux conséquences économiques importantes d’un établissement relevant de la directive Seveso). A ce titre, deux inspecteurs de ce bureau étaient sur place mardi 18 mai. Les résultats seront communiqués prochainement.

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici