31.4 C
Londres
jeudi, août 11, 2022

Avec une école de production de séries, Lille se place en capitale européenne du genre

La formation spécialisée dans les séries qui a ouvert à Lille permet à la ville de conforter son rôle dans la production en France mais aussi en Europe.

Le festival Séries Mania vient de se terminer à Lille, ce jeudi 2 septembre. L’événement, qui a réuni des professionnels de l’audiovisuel du monde entier, permet à la ville « d’être identifiée sur la carte européenne des séries », selon Rodolphe Belmer, président du festival. Celui-ci veut jouer un rôle moteur dans la création et dans l’alimentation d’un écosystème de la production de séries. Une politique qui a compté dans la création d’une école liée à ce genre bien particulier de l’audiovisuel. En septembre, dix élèves issus de toute l’Europe vont constituer la première promotion du « Séries Mania Institute ». 

Le but de cette nouvelle formation ? Former des professionnels du genre (producteurs et scénaristes) capables de travailler ensemble pour produire des séries européennes de haut niveau. Pour l’instant, le cursus, qui durera 14 semaines, va accueillir des étudiants qui ont déjà un (grand) pied dans la profession. Pour faire acte de candidature il fallait avoir été crédité au générique d’une série existante. Tous ont donc autour de la trentaine comme Simon Bewick qui a été admis comme élève. « Ca fait 12 ans que je travaille », illustre-t-il en citant les métiers qu’il a exercés : consultant en scénario et comédien, notamment. Lui-même se dit bien intégré dans le monde du documentaire télévisuel mais espère que le Séries Mania Institute l’aidera à franchir les frontières de la planète série.  

La Fémis en appui

Pour définir les contours du nouveau projet pédagogique, l’école a noué un partenariat avec la Fémis (une prestigieuse formation en audiovisuel à Paris). « La Fémis a apporté son expertise pour définir le programme et les intervenants. Par exemple, le directeur du département série de notre école va encadrer un cours d’introduction à la dramaturgie », explique Nathalie Coste-Cerdan, la directrice de la Fémis. Ce ne sera le seul professeur prestigieux : Fanny Herrero, la showrunneuse (scénariste) de Dix pour cent et Un village français viendra notamment donner une masterclass. Et les étudiants ont déjà été prévenus que des masdodontes de la production audiovisuelle comme TF1 et France Télévisions seront au rendez-vous à la fin de leur cursus pour se pencher sur les créations développées pendant l’année.

Autre partenaire, Sciences po. L’institution lilloise participe à ce nouveau projet de deux manières : d’abord elle va accueillir dans son bâtiment les cours des élèves du nouvel institut. Aussi, un parcours spécialisé dans le master Management des Institutions Culturelles a été crée pour former spécifiquement aux métiers de l’encadrement dans le monde de la série : chargé de programmes chez les diffuseurs ou responsable du développement chez les sociétés de production par exemple. 8 élèves y participent dès cette année, 12 pour la rentrée 2022. 

Capitaine Marleau, Germinal, Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, elles ont été tournées dans les Hauts-de-France

Et qui sait, les créateurs passés par le nouvel institut lillois porteront peut-être un projet qui sera tourné dans les Hauts-de-France. Car la région a également une politique bien identifiée pour faire venir les tournages sur le territoire. L’entité Pictanovo est chargée de piloter cette stratégie en finançant des productions. En 2019 et 2020, Pictanovo a aidé respectivement sept et huit séries (Laëtitia, Capitaine Marleau, HPI, Germinal, Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, entre autres) pour une dépense totale, chaque année, d’environ 1,3 million d’euros. Pour être soutenues par Pictanovo, la société de production, l’auteur ou le sujet doivent avoir un lien avec le territoire.

#Felicitations – La série Germinal, réalisée par @DHourregue, a reçu le Prix du Public au @FestSeriesMania 2021 !
Bravo pour cette très belle récompense et merci aux nombreux votants !
Une production #Banijay, soutenue par #Pictanovo, avec l’aide de la Région @hautsdefrance. pic.twitter.com/VFAWRav29x

— Pictanovo (@Pictanovo) September 3, 2021

Et les retombées ont été précisément calculées : annuellement elles sont estimées à plus de 10 millions d’euros (hôtellerie, locations de décors, emplois de techniciens,…). Souvent, les séries aidées financièrement sont tournées dans la région : exemple récent, Germinal. La création, tête d’affiche du festival Séries Mania cette année, s’est déroulée en partie dans la mine d’Arenberg, près de Valenciennes. 

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici