31.4 C
Londres
jeudi, août 11, 2022

Les Françaises, numéro 1 du classement des femmes les plus insatisfaites au lit

Selon une étude Ifop publiée ce mercredi, 35% des femmes françaises sont insatisfaites de leur vie sexuelle. Il s’agit du pourcentage le plus élevé à travers l’Europe de l’Ouest.

Sur plus de 5.000 femmes interrogées dans chaque pays, les Françaises sont les premières à manifester leur mécontentement concernant leurs ébats sexuels. Cela représente approximativement une femme sur trois en France.

Même si certaines de nos voisines européennes n’en sont pas très loin, des écarts se creusent selon les pays. En Allemagne, le taux d’insatisfaction s’élève à 23%. Au Royaume-Uni, il est de 27%. Et le plus proche de nous sont les Italiennes avec 30%.

Sondées en début mars dernier, 37% des Européennes (dont 41% de Françaises) ont assuré n’avoir eu aucun rapport sexuel au cours du mois de février. Un constat qui révèle une véritable baisse des relations sexuelles.

La crise sanitaire a-t-elle jouer un rôle ?

Si la crise sanitaire n’est pas l’unique raison de cette hausse, elle y est quand même pour quelque chose. Alain Titeca, sexologue et addictologue, le confirme : “Les confinements ont déclenché beaucoup de problèmes de couple. Et cela, je peux le percevoir dans mes accompagnements. Notamment des séparations, des relations difficiles… Donc peut-être que c’est un élément qui pourrait justifier ce pourcentage“.

Néanmoins, ce dernier affirme qu’en Occident “80% des hommes éjaculent en moins de 3 minutes après la pénétration, alors qu’il faut en moyenne 12 minutes pour qu’une femme atteigne l’orgasme“. Un critère supplémentaire qui pourrait influer l’insatisfaction des femmes en Europe, d’après le sexologue.

Les pratiques sexuelles évoluent

Sodomie, éjaculation faciale, anulingus… D’année en année, les pratiques sexuelles varient. Pour cause, l’anulingus est devenu de plus en plus populaire chez les couples européens. La sodomie continue à se démocratiser également.

Au contraire, certaines d’entre elles sont en baisse. En 2016, 52% des Françaises affirmaient que leur partenaire leur avait déjà éjaculé dans la bouche, contre 45% en 2021. Même constat pour la biffle, une pratique en pleine régression de 11% comparé à il y a 5 ans en arrière.

Alors messieurs si vous avez envie de mieux vous informer pour savoir comment faire grimper le plaisir sous la couette, on vous invite à suivre nos articles sexo !

À lire aussi : Sodomie : 5 éléments pour bien la réussir

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici