20.7 C
Londres
jeudi, août 11, 2022

Courses à domicile ou en grande surface, les étudiants ont désormais le cho

Comment faire ses courses quand on est un étudiant qui loge sur le campus et qui n’a aucun moyen de locomotion ? Deux solutions s’offrent à lui : l’épicerie ambulante ou le système du Pick me up.

E.Tang/JH

Publié le 4 septembre 2021 à 18h05,

mis à jour le 4 septembre 2021 à 18h19

Sur le campus universitaire, aucun commerce à l’horizon. Mais depuis quelque temps, un pere’o’o faraoa, traduisez une épicerie ambulante, vient jusqu’aux étudiants qui ne peuvent se déplacer. Quel changement pour ces jeunes !

Ils y trouvent un peu de tout, à commencer par les produits de première nécessité comme le pain ou le lait. Des plats cuisinés ou des gâteaux. Et bien plus encore. « Il y a même des produits d’hygiène, pour les lessives », dit Tehauata. « C’est bien, plus besoin d’aller au magasin », ajoute Tamauani. 

©Polynésie la 1ère

 

En cette période de confinement, ce magasin ambulant tombe vraiment à pic. Il vient tous les jours, plus besoin d’attestation de déplacement dérogatoire pour aller faire ses courses en ville ou à Carrefour situé à quelques kilomètres en contrebas.

Et justement, pour s’y rendre, un nouveau service vient de se mettre en place. C’est le Pick me up. En clair, moyennant une pièce de 100 cfp, les étudiants sont transportés jusqu’à la grande surface de Punaauia pour y effectuer de grandes courses. Des provisions pour plus d’une semaine. Mais ce service n’est ouvert que 2 fois par mois.

Quand la bourse tombe

 

En effet, « on se cale toujours sur la réalisation des étudiants, les bourses d’Etat et du territoire [qui tombent] à mi-mois et à la fin du mois », explique Haiata Poherui, présidente de l’association du CHE, le centre hébergement étudiants de Outumaoro. 

©Polynésie la 1ère

 

Et c’est Frère Xavier, responsable du foyer des îles, qui est chargé de les conduire jusqu’à l’hypermarché. En apprenant un jour que les étudiants « ont dû aller chercher leur nourriture à pied, et ont dû remonter à pied, et qu’au bout ils étaient exténués », il s’est alors proposé de les accompagner.

©Polynésie la 1ère

 

Pour l’instant, une quarantaine d’étudiants bénéficient de ce moyen de transport vraiment pas cher, pratique et unique à Tahiti.

Dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici